Réserve ta BEQ de septembre maintenant!

Par Marilyn Préfontaine

Trois livres québécois si tu aimes les mystères

ParCatherine Marmen
livres-quebecois-mysteres

Que vous soyez adeptes d’histoires fictives étranges ou de récits réels intrigants, ces trois livres québécois sont absolument à découvrir. L’ensemble de ces auteur(e)s racontent avec fluidité et précision ce qui a réussi à piquer ma curiosité du début à la fin. Victoria Charlton et Stéphan Parent expliquent des cas de disparitions en tout respect pour la famille et ne tombent jamais dans le sensationnalisme. Quant à l’œuvre de près de 600 pages de Patrick Senécal, c’est une fin des plus étonnantes qui vous attend. Pour plus de détails relatifs à chacun de ces livres, laissez-moi vous présenter mes différentes chroniques à ce propos. 

Faims – Patrick Senécal

Cet auteur m’est assez familier puisque j’ai déjà lu plusieurs de ses livres : Sur le seuil, Aliss5150 rue des OrmesLe passager ainsi que Les sept jours du Talion. Encore une fois dans Faims, on reconnaît bien le style sombre de Patrick Senécal qui place ses personnages dans une atmosphère lourde et parfois, dérangeante pour le lecteur. Dérangeante, car certains passages de l’histoire démontrent souvent le pire de l’être humain; ce côté dégoûtant qui n’inspire qu’une répugnance totale envers certains actes odieux. Patrick Senécal excelle dans ce genre et a réussi à nouveau à me captiver du début à la fin.

Résumé du 4e de couverture

Bienvenue à Kadpidi, une petite ville tranquille située au cœur d’une région tranquille. C’est là que vit une petite famille tranquille. Joël, le père, est policier; Martine, sa femme, est propriétaire d’une clinique vétérinaire. Leurs deux enfants sont maintenant des ados et, à la fin de l’été, Nicholas entrera au cégep, Émilie en troisième secondaire. En ce second samedi de juillet, la trente-deuxième édition du Bal du Chien-Chaud bat son plein au parc Woodyatt et la journée est magnifique. Or, au même moment, le « Humanus Circus » arrive en ville avec ses quatre autocaravanes et ses trois fourgons tirés par des camionnettes. Et, bientôt, plus rien ne sera tranquille…

Mon avis

J’ai acheté ce roman dans une librairie d’occasion et je suis tombée sur une copie signée! Vous imaginez ma chance? Voici le petit mot de l’auteur sur la première page : Pour Antoine, un peu de lecture quand ton bébé t’en laissera le temps. Alors, Antoine si tu te reconnais, merci, haha!

J’ai pris quelques mois avant de commencer cette lecture car je n’ai pas toujours envie de plonger dans un univers cruel à émotions fortes. Pour moi, un roman de Patrick Senécal, c’est plus qu’un simple thriller d’horreur, c’est une rencontre avec le côté sombre de l’être humain et c’est pourquoi je dois vraiment être d’humeur à me laisser transporter par ce genre d’histoire.

J’ai donc débuté Faims après l’avoir soigneusement gardé dans ma pile à lire depuis plus de six mois. L’attente en valait la peine puisque j’ai adoré l’originalité du récit, la description unique et précise des personnages ainsi que la fin étonnante qui m’a laissée sans mot. L’auteur avait ficelé son histoire d’une telle manière qu’il m’a été impossible de soulever le moindre doute quant à ce qui se tramait réellement. Si vous avez déjà lu ce livre, je serais intriguée de savoir si vous aviez deviné le dénouement plutôt inattendu? 

Patrick Senécal se distingue aussi par sa facilité à créer un monde et à nous convaincre qu’il existe véritablement! J’avoue que j’ai googlé Kadpidi…mais cela semblait si réel! Avec les références à la ville de Sorel tout au long du roman, je me disais que peut-être je ne connaissais pas ce village. Bon, vous aurez deviné que Kadpidi n’existe pas, je me suis fait prendre par l’auteur.

La plume de Patrick Senécal nous entraîne naturellement dans un récit au point où la ligne entre la fiction et la réalité devient de plus en plus mince. Je vous conseille vivement cette lecture. Vous serez assurément transporté en peu de temps à Kadpidi.

Gardez l’oeil ouvert – 15 histoires de disparitions mystérieuses – Victoria Charlton

Puisque j’adore tout ce qui touche au mystérieux, aux théories du complot, au paranormal et aux crimes inexpliqués, il était certain que j’allais me procurer le livre de Victoria Charlton. J’ai découvert la chaîne Youtube de Victoria grâce au podcast Distorsion qui traite lui aussi de ce genre d’histoires. Si vous êtes adeptes de ce type de contenu, je vous suggère de consulter ma chronique sur le livre de Distorsion : Distorsion – 13 histoires étranges de l’ère numérique.

À l’automne 2019, Victoria Charlton a fait une séance de signature à la librarie Renaud-Bray de Québec où je me suis rendue. Je ne sais pas si elle lira un jour cet article, mais j’en profite tout de même pour la remercier du temps qu’elle a pris avec moi et avec toutes les personnes qui s’étaient déplacées pour l’occasion. C’est certain que ma rencontre avec elle n’a duré que quelques minutes, mais mon impression globale me laisse entrevoir qu’elle semble être une auteure/youtubeuse proche de ses fans. Je peux le voir aussi dans ses vidéos où elle remercie souvent son public de l’écouter et de lui permettre de faire son travail qu’elle adore. En ce qui concerne son livre paru chez les Éditions de l’Homme, je vous laisse découvrir ci-dessous pourquoi vous devez ABSOLUMENT le lire!

3 cas les plus mystérieux

Afin de piquer votre curiosité, je vous présente ici 3 cas de disparitions que l’on peut retrouver dans le livre :

  • Johnny Gosh – Pris dans un réseau de pédophiles?

Ce jeune garçon de 12 ans est disparu en 1982 un matin de septembre alors qu’il faisait sa tournée habituelle de distribution de journaux. Tout se déroule dans sa petite ville tranquille de l’État de l’Iowa. Ce qui m’a frappé particulièrement dans ce cas est le fait que les policiers aient attendu 3 jours avant d’entreprendre des recherches pour retrouver Johnny. La tendance des policiers à croire à une fugue comme première hypothèse lors d’une disparition était monnaie courante dans les années 80. Ça me dépasse, mais en même temps, c’était la mentalité de l’époque. Malgré les nombreux témoins et plusieurs rebondissements au cours des années, rien n’a permis d’élucider le mystère de la disparition de Johnny Gosh.

  • Andrew Gosden – Quand l’école buissonnière dure depuis 10 ans

Ce jeune Britannique de 14 ans n’a jamais été revu après qu’il ait eu quitté la maison familiale en 2007. Après avoir lu cette histoire, une question demeure dans mon esprit : Pourquoi avoir quitté famille alors qu’il était proche de ses parents et de sa soeur? Aucun conflit familial, rien qui puisse pousser un adolescent à partir de la sorte. Victoria Charlton propose certaines hypothèses et théories, mais rien ne peut dénouer l’impasse des recherches de cet adolescent qui serait maintenant âgé d’environ 27 ans.

  • Rebecca Coriam – Une croisière Disney tourne au drame

Lorsque je pense à des empires comme Disney, je ne me surprends pas à croire facilement à des histoires de « cover-up ». Disney est tellement puissant que je suis certaine que cette compagnie serait prête à tout pour ne pas ternir leur réputation. J’ai l’impression que c’est le cas ici dans l’affaire Rebecca Coriam, employée sur un bateau de croisières Disney. J’ai été choquée par l’enquête bâclée effectuée par Disney suite à sa disparition. Selon moi, il est certain que Disney dispose de nombreuses preuves surtout quand on sait que tout est enregistré sur les bateaux de croisières Disney. Les employés n’ont AUCUNE intimité. C’est encore plus inquiétant. Je vous laisse lire le chapitre au complet pour bien comprendre les détails de cette disparition.

Mon avis

J’aurais pu lire le livre en moins de 2 heures, mais j’ai essayé de me garder le suspense en lisant 1 à 2 histoires par soir. C’est très facile à lire, tout coule bien et s’enchaîne parfaitement. On voit qu’il y a un énorme travail de recherche afin d’écrire l’information la plus exacte possible. J’ai aimé aussi que dans certains cas, Victoria Charlton ait pris le temps de contacter la famille des disparus afin de mieux comprendre ce qui ressort de ses recherches sur internet ou dans les journaux. Ce que j’apprécie chez Victoria, c’est qu’elle ne tombe pas dans le sensationnalisme. Son approche humaine et délicate transparaît à travers ses propos.

Toutes les histoires du livre m’étaient inconnues bien que Victoria mentionnait que plusieurs de ces affaires avaient été très médiatisées. Je suis très contente d’avoir découvert ces cas de disparitions et de m’être sensibilisée à leurs histoires. Peut-être serais-je plus à l’affût dorénavant?

Je veux aussi mentionner que l’ouvrage de Victoria est varié dans le sens où les 15 histoires ne proviennent pas toutes du même pays. On y parle du Canada, des États-Unis, du Mexique, de la France et du Royaume-Uni. Cela nous permet de voir comment le travail des policiers peut différer d’un pays à l’autre. J’ajouterai que ce n’est pas seulement un ouvrage qui traite des disparitions les plus célèbres; il y a une attention particulière qui est donnée aux histoires dont on ne parle jamais.

Gardez l’oeil ouvert est vraiment un titre pertinent puisqu’il faut toujours demeurer à l’affût. Ce n’est pas parce qu’on demeure dans une petite ville tranquille que rien ne peut se produire. Suffit seulement de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment pour que tout bascule. Soyez prudents chers lecteurs! 

*À noter que le Tome 2 est paru aux Éditions de l’Homme en mars 2021.

Sur les traces de Cédrika Provencher – Stéphan Parent

L’enlèvement de Cédrika Provencher à l’été 2007 a secoué tout le Québec. C’est l’une de ces tragédies qui laisse une marque profonde sur notre mémoire collective. C’est à peine si on ose croire que ce drame horrible s’est bien produit dans la région de Trois-Rivières, ici, au Québec.

Après avoir écouté le documentaire disponible sur TOUT.TV relatant l’affaire, j’ai eu connaissance qu’un livre avait été aussi écrit. J’ai tout de suite été intéressée à en savoir davantage. Est-ce que j’allais découvrir des faits nouveaux concernant cette affaire? Est-ce que j’allais comprendre pourquoi le coupable court toujours? Tout ce que je désire, c’est que justice soit rendue. Je crois qu’il faut continuer de parler de Cédrika comme le fait l’auteur Stéphan Parent par le biais de ce livre, afin d’éveiller les consciences et de ne jamais oublier la petite Cédrika.

Mon avis

Avant de vous dire mon opinion sur le livre, voici quelques informations en rafale :

  • L’homme qui a enlevé Cédrika lui a demandé son aide afin de retrouver son petit chien.
  • Une voiture rouge de marque Acura 2004 a été aperçu à de nombreuses reprises dans le secteur et aussi la journée même de l’enlèvement.
  • Les ossements de la petite Cédrika sont retrouvés le 11 décembre 2015 dans un secteur boisé de la région de Trois-Rivières.
  • Suspect principal : Jonathan Bettez (arrêté pour possession de matériel pornographique en 2016 et acquitté en 2018 faute de preuves tangibles)
  • Jonathan Bettez a toujours refusé de passer le test du polygraphe.

Certains faits nouveaux (pour moi) dont l’auteur fait mention dans le livre :

  • Ève Duquette (amie de Cédrika) qui accompagnait Cédrika Provencher la journée du drame reconnaît l’homme qui leur a demandé de chercher le petit chien lorsqu’elle voit Jonathan Bettez à la télévision.
  • Des maillots de bain et des sous-vêtements d’enfants disparaissent des cordes à linge le jour de l’enlèvement le 31 juillet 2007.
  • Une résidente de Trois-Rivières participe aux recherches avec l’aide de son conjoint. Elle aperçoit le soir même de l’enlèvement deux hommes sur le bord de l’autoroute 40 à côté d’une camionnette rouge. L’un des hommes tenait une pelle.
  • Le témoignage d’un camionneur qui dit avoir vu le 1er août 2007 une voiture rouge de marque Acura 2004 alors qu’il roulait sur la 40. Le conducteur de l’Acura lui a fait signe pour lui demander de le laisser passer et le camionneur lui a cédé le passage. Le camionneur a remarqué une personne de la taille d’un enfant du côté passager qui dormait. Puis, pendant 2 semaines après l’enlèvement, le camionneur a vu la voiture rouge stationnée chaque matin à gauche d’une bretelle de sortie près d’un chemin menant dans la forêt près d’une ancienne pépinière. Lorsqu’il a vu Jonathan Bettez à la télévision, le camionneur a tout de suite reconnu l’homme de la voiture rouge.

Mon but ici n’est pas de porter des accusations contre qui que ce soit, mais ces faits nouveaux soulèvent chez moi de nombreux questionnements. Comment est-ce possible que la police n’ait rien trouvé de concret sur le coupable après toutes ces allégations? Faute de preuves tangibles encore une fois j’imagine.

J’ai trouvé Stéphan Parent vraiment respectueux dans ces propos. Comme inscrit sur la couverture, il s’agit du parcours d’un homme en quête de vérité. Son écriture est fluide et sans fla-fla. J’ai appris beaucoup de détails sur cette affaire et j’espère vivement que justice sera faite. Selon moi, il s’agit d’un livre nécessaire et primordial pour non seulement garder l’histoire de Cédrika dans nos mémoires, mais aussi pour nous sensibiliser aux enlèvements d’enfants qui sont malheureusement toujours d’actualité.

Bonne lecture!

Pour lire d’autres chroniques de Catherine, consulte son blogue littéraire Catherine Bouquine.

Partagez avec vos amis!

Share on facebook
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email

Inscris-toi à l'infolettre!

Ne manque aucune nouvelle, aucune promotion.